L’histoire des initiations étudiantes à Montréal!

L’histoire des initiations étudiantes à Montréal!

Les initiations étudiantes ont le don de marquer l’imaginaire collectif.  L’histoire se rappelle, au début du XXe siècle, à Montréal, de vandalisme

initiation-université-de-montreal

Les initiations étudiantes ont le don de marquer l’imaginaire collectif.  L’histoire se rappelle, au début du XXe siècle, à Montréal, de vandalisme aux pétards, de course de cochons graissés, d’enlèvements d’étudiants et d’altercations avec les autorités.  Tout ça rien qu’à l’Université McGill!  Les initiations ont d’ailleurs été interdites en 1929 sur le campus, jusqu’en 1948 où une résolution est passée pour qu’elles soient «mild and of innofensive nature».

Des traditions aussi anciennes ne peuvent se perdre, elles ne font que se transformer au gré des époques et de l’encadrement dont elles font maintenant davantage l’objet.  Quoi qu’il en soit, elles restent un incontournable de la rentrée des classes.

Évidemment, comme il s’agit d’un événement festif, l’alcool y occupe une place prépondérante.  Au CÉGEP, comme la plupart des initiés n’ont pas encore atteint l’âge de la majorité, le phénomène a moins d’ampleur que dans les universités.  Elles sont plus populaires chez les étudiants en technique, qui suivront le même groupe durant toute leur formation.  Comme l’alcool est interdit sur le lieu du CÉGEP, la plupart des initiations ont lieu dans des salles louées ou chez un étudiant du groupe où des jeux sont à l’honneur.  Pour une initiation réussie, il est bien de combiner une initiation à l’école, sans alcool, avec une initiation extérieure où l’alcool peut prendre place.  Par exemple, des étudiants en technique administrative se sont déguisés en minions sur l’heure du dîner, avec des boîtes de conserve attachées au pied, et récoltaient de l’argent qui allait servir à louer une salle et acheter de l’alcool.  À la soirée, il peut être intéressant de faire un jeu de questions en lien avec le programme, avec alcool ou non.

À l’université, les initiations sont organisées à plus grande échelle.  Comme les règlements municipaux permettent la consommation d’alcool sur les terrains universitaires, la bière est à l’honneur et est la boisson de prédilection.  Les initiations se déroulent un peu différemment selon les universités.  Dans le cas de HEC, par exemple, il s’agit d’un événement d’une envergure phénoménale. Des kits d’intégration sont vendus, pour une quarantaine de dollars.  Ceux-ci comprennent un chandail, l’agenda, un bracelet donnant accès à toutes les activités (et à la bière à volonté) ainsi que des objets promotionnels.  Les initiations durent trois jours et comprennent diverses activités.  Je vous ai mis en lien la description plus détaillée des trois journées d’initiations de cette année, telles que décrites par le journal étudiant de HEC.

Dans d’autres universités, différentes activités sont proposées.  Il semble que les déguisements thématiques soient très populaires, on peut penser à Pokémon et Harry Potter.  Les rallyes sont aussi très populaires, que ce soit un rallye sportif ou un rallye-appart, qui consiste à aller d’appartements en appartements pour jouer à différents jeux de boisson.

Peu importe la façon dont l’initiation se déroule, le but est de mieux connaître les autres étudiants du groupe, dans un contexte non-académique.  Pour des étudiants qui ne viennent pas de la même région de leur université, il peut s’agir de la meilleure façon de briser la glace.  Cependant, il faut se rappeler que l’on n’est jamais forcé de faire quelque chose avec laquelle on n’est pas à l’aise et c’est sans doute la clé pour qu’une initiation soit réussie.  Afin d’assurer la sécurité, les initiateurs peuvent s’abstenir de boire de l’alcool, ou une équipe de sécurité/médics peut être nommée qui s’assure de fournir de l’eau et du soutien en tout temps aux étudiants.  De plus, il peut être intéressant de profiter de cette occasion pour faire visiter le campus aux étudiants, de façon à se familiariser avec leur milieu d’étude.  Organiser le plus d’activités en équipes peut être une bonne façon de créer des liens avec les autres.  Les activités peuvent aussi avoir plusieurs niveaux de difficulté, de façon à ce que ceux qui sont moins à l’aise peuvent participer sans être lésé.  Enfin, le fait d’avertir le plus tôt possible les initiés sur la date peut leur permettre de prendre congé afin de mieux profiter de l’événement.

Les initiations se déroulent majoritairement bien pour la plupart des étudiants et ceux-ci sont bien plus raisonnables que l’on peut le penser.  L’important est toujours de s’amuser de façon responsable.  Je serais bien curieuse de lire vos anecdotes.  N’hésitez pas à commenter!

 

 

 

 

Source : https://www.erudit.org/revue/bhp/2013/v21/n2/1014132ar.pdf

http://www.journalinteret.com/integration-journee-1-bang-bang-unchained-let-the-game-begin/

http://www.journalinteret.com/integrations-journee-2-delicieux-beurrage/

http://www.journalinteret.com/integrations-jour-3-vamos-a-playa/

 

Noémie Bellefleur

Étudiante du HEC

Noémie Bellefleur, étudiante du HEC

 

COMMENTS